mélissa et julie

c'était au mois de juin
et il faisait soleil

sur le pont de béton
surplombant l'autoroute
deux petites filles jouaient
non loin de leurs maisons

aux autos qui filaient
bolides en contrebas
elles faisaient de grands signes
en riant aux éclats

l'une s'appelait julie
et l'autre mélissa

le dernier qui les vit
de son gros camion
pensa qu'elles s'en allaient
lassées de leur balcon

le dernier qui les vit
fut ce camionneur
qui longtemps les fixa
dans son rétroviseur

c'était au mois de juin
et il faisait soleil

ni fugue ni accident
on le sut tout de suite
quelqu'un osa le mot
c'était un enlèvement

une enquête débuta
où les forces de l'ordre
en ordre dispersé
et dans un grand désordre

perdirent tout leur temps
à se faire concurrence
et passèrent à côté
de l'affreuse évidence

car lorsqu'on les trouva
quasiment par hasard
un monstre avait frappé
il était bien trop tard

les petites étaient mortes
tuées par un pervers
massacrées sans pitié
après un long calvaire

massacrées sans pitié
par un récidiviste
libéré avant terme
à chaque fois relaxé

massacrées sans pitié
par un récidiviste
libéré avant terme
à chaque fois relaxé

l'une s'appelait julie
et l'autre mélissa

et caetera